FR | DE

Le cancer de l’intestin, en savoir plus

Le cancer de l’intestin est une maladie maligne qui atteint le côlon et le rectum, c’est pourquoi il est appelé également cancer colorectal.

Quelle fréquence ?

Ce cancer représente en Belgique quelque 7.500 nouveaux cas par an ; il s’agit du cancer digestif le plus fréquent.
Le cancer colorectal représente 13 % de tous les cancers dans notre pays.
Il arrive en troisième position chez l’homme après le cancer de la prostate et celui du poumon et en deuxième position chez la femme après le cancer du sein.

Comment se forme le cancer de l’intestin ?

L’histoire naturelle d’un grand nombre de cancers colorectaux est celle d’adénomes (ou polypes) qui se transforment en cancer. Statistiquement, sur 1000 adénomes, une centaine d’entre eux vont atteindre la taille d’1 cm ; 25 d’entre eux vont évoluer en cancer et ce sur une période d’une dizaine d’années (entre 5 et 15 ans). Quand ces adénomes sont enlevés (essentiellement par coloscopie), l’histoire est donc interrompue et on évite le cancer.

Quelle gravité ?

C’est la deuxième cause de mortalité par cancer après le cancer du poumon chez l’homme et le cancer du sein chez la femme. Le dépistage permet :
- soit de diagnostiquer précocement une lésion cancéreuse permettant ainsi un traitement précoce et une amélioration des chances de guérison ;
- soit de diagnostiquer un polype (ou adénome), de l’enlever lors de la coloscopie et d’éviter ainsi qu’il n’évolue éventuellement en cancer.

Qui est touché ?

Le risque de cancer colorectal commence à augmenter après l’âge de 40 ans et de façon plus importante après l’âge de 50-55 ans. Toutes les données publiées démontrent clairement que la grande majorité des cancers colorectaux surviennent entre 50 et 75 ans. Le nombre de nouveaux cas est faible avant 50 ans pour augmenter ensuite de façon rapide.

Quelle est l’utilité du dépistage ?

Tout d’abord, le cancer se guérit plus facilement quand il est détecté précocement.
Mais de plus, le dépistage permet aussi de détecter des lésions bénignes (polypes). En les enlevant, on évite l’apparition d’un cancer. Si un cancer est déjà présent, le test permet de le trouver plus tôt et d’augmenter les chances de guérison.

Peut-on éviter d’avoir un cancer de l’intestin ?

Le dépistage permet entre autres, d’identifier des polypes et de les enlever, ce qui empêche qu’ils dégénèrent en cancer. Mais il existe aussi des recommandations alimentaires et d’hygiène de vie qui favorisent le fait de ne pas avoir de cancer : la consommation de fruits et de légumes, la lutte contre l’excès de poids et l’obésité, la pratique d’une activité physique régulière. De plus ces attitudes recommandées apportent un bénéfice en termes de prévention pour d’autres affections telles que les maladies cardio-vasculaires.